Lucien Hervé

Lucien_Hervé_autoportrait.jpg

Lucien Hervé est une des figures majeures de la photographie d’architecture.

De son vrai nom Laszlo Elkan est né en 1910 à Hódmezővásárhely en Hongrie.

A Vienne, il commence des études d'économie politique et dessine. Il arrive à Paris en 1929. Fait prisonnier par les Allemands pendant la guerre, il s'évade et entre dans la Résistance où il a prend le nom de Lucien Hervé. C’est en 1949 que Lucien Hervé fait la connaissance de Le Corbusier, dont il devient le photographe officiel.

Le travail et l’œil visionnaire de Lucien Hervé suscite rapidement l’intérêt d’autres architectes comme Alvar Aalto, Marcel Breuer, Pier Luigi Nervi, Richard Neutra, Oscar Niemeyer, Jean Prouvé…

Les caractéristiques les plus importantes de ses photographies sont présentes dès le début: le très fort contraste de noir et blanc, l'ombre et la lumière, la géométrie.

Hervé voulait être peintre et dit qu'il photographie comme un peintre, les proportions, les équilibres du noir et du blanc, les formes géométriques qu'on trouve dans ses photos font penser à une peinture abstraite.

Il a étudié le piano : grand amateur de musique, il dira plus tard que, avec ses photos d'architecture, il interprète la création de l'architecte comme un musicien interprète une partition.

Lucien Hervé pensait que "la beauté court la rue" et toute sa vie, il s'est attaché à le montrer en faisant ressortir la géométrie des détails du quotidien ou de l'architecture. "L'œil de chacun peut devenir poète. J'ai mis là mon ambition, faire redécouvrir la beauté inhérente de toutes choses, la beauté possible de l'insignifiant", disait-il.

Lucien Hervé a reçu de nombreuses distinctions dont la Médaille de la Ville de Paris (Academic d’Architecture de la Ville de Paris en 1993) et le Grand Prix de Photographie de la Ville de Paris en 2000. Son travail est entré dans la plupart des collections internationales et est montré dans de nombreux musées de part le monde. En France, sa patrie adoptive, il a été honoré de plusieurs rétrospectives : Jeu de Paume (2017), Centre Pompidou (1987, 2010), le Musée des Arts Décoratifs (1963, 1966), la BNF (1964 et 2007), la Fondation Le Corbusier (2007), the Musée Carnavalet (2005), l’Espace Louis Vuitton (2006)…

Haute Cour,

Chandigarh, 1955

 tirage moderne 45x38 cm

Tour Eiffel,

Paris 1947

 tirage moderne 30x24 cm

Abbaye du Thoronet,

1954

 tirage moderne 50,5x43 cm

Les ISAI,

Le Havre, 1956

 tirage moderne, 29x34 cm

Le Congrès National,

Brasilia, 1961

 tirage moderne, 57x63 cm