Luisa Rampon

"Fascinée par le merveilleux de l’homme, effrayée par ses audaces destructrices, je n’ai cessé d’essayer de comprendre cette dualité.  
Espérant une timide réponse à mes questionnements, je passe deux ans  aux Beaux-arts de Valence. Puis je quitte la France pour Haïti.

Je découvre dans ce merveilleux pays aux profondes cicatrices, les danses profanes, sacrées et la culture animiste.

De cette riche expérience, je rapporterai le désir de chercher le contact avec les éléments, la nature et bien sûr, le rythme.

En 2009 j’intègre un atelier de volume et terre sous l’enseignement de Patrice Rozand, sculpteur.

Commence alors une profonde et féconde rencontre avec le volume.

 

A travers la sculpture ma quête se poursuit. Interroger la dualité, l’altérité, le corps, l’espace, nos mystères, l’histoire.

Tenter de pénétrer dans les profondeurs de l’être, côtoyer ses méandres, ses zones sombres et celles aussi fécondent.

Aller à la rencontre de ce qui fait l’homme, et surtout chercher à me confronter sensiblement à l’acte créateur, à la  source de la vie.
Je parle de l’homme sans le nommer.

Il côtoie par la forme et la matière le règne animal, végétal, minéral. 

Ces créatures vivantes qui émergent de mon travail, sont  indéfinissables. Elles  s’étirent hors de la matière,

Créaient la surprise, interrogent, déstabilisent. Elles nous poussent hors de notre zone de confort,

Là où la maîtrise est possible,

Là où nous faisons taire l’inconnu.

 

A travers mon travail,

je cherche à convier l’indicible,

à nous y confronter."

ill_logo_full.png
Marcher nu 3.jpg
Bruissement 2.jpg
Puiser dans l'orage 2.jpg
Et toujours recommencer 2.jpg

Marcher nu,

bronze, 41x33x33 cm

Bruissement des limbes,

bronze, 99x42x15 cm

Puiser dans l'orage le goût des mots,

bronze, 61x36x30 cm

Et toujours recommencer,

bronze, 34x20x16 cm

Inexorablement miroir 1.jpg

Inexorablement miroir,

bronze, 194x24x24 cm