Juliette Leperlier

180923-16508-1-114.jpg

Juliette Leperlier n’est pas arrivée à la pâte de verre par hasard, nous pouvons parler d’héritage, de tradition familiale. Son arrière-grand-père François Décorchemont a mis au point cette technique de moulage à la cire perdue, puis son père Etienne Leperlier et son oncle Antoine ont continué les recherches sur cette matière, médium de leur art. Elle avait pour ainsi dire tous les éléments en main pour continuer à son tour cette aventure artistique. Mais elle n’a pas voulu que ce soit la matière qui la choisisse, mais au contraire que ce soit elle qui décide de l’apprivoiser.

Elle a donc suivi des études d’arts appliqués en sculpture à L’ENSAAMA (Olivier de Serres à Paris), puis un Master d’Arts Plastiques à la Sorbonne pour découvrir d’autres techniques, d’autres matières et ainsi s’éloigner de l’héritage familial.

A la fin de ses études, elle a choisi non pas de « revenir » à la pâte de verre, mais de commencer une nouvelle exploration de la matière, en repoussant les limites de la création.

En 2014, elle reprend l’atelier de son père, pour se consacrer pleinement à sa création et devient lauréate du prix régional des Ateliers d’Art de France.

Ses créations s’inspirent de formes organiques, issues de la nature, caractérisées par des jeux d’opacité et de transparence.
Ses sculptures sont généralement de formes simples, proches de l’abstraction. Elle aime les courbes plus que les angles droits, s’attache à trouver une cohérence entre la forme et la matière dans ses œuvres.

Photo: Arthur Monfrais ©

Coriolis VI,

 39x25x25 cm

Photo: Arthur Monfrais ©

Principe d’Incertitude V,

45x26x18 cm

Photo: Arthur Monfrais ©

Cabriole,

42x18x26 cm

Photo: Arthur Monfrais ©

Effusion V,

64x30x14 cm

Photo: Arthur Monfrais ©

Cabriole II,

34x13x25 cm

Photo: Arthur Monfrais ©

Contrepoint V,

35x23x16 cm

Photo: Arthur Monfrais ©

Naïades VI,

33x6x35 cm

Photo: Arthur Monfrais ©

Naïades IV,

21x6x19 cm